Work in progress

Le changement, les bouleversements, ennemi numéro un des personnes fragiles.

Et dans les personnes fragiles, j’ai longuement rangé mon Rayond’soleil.

Handicap mental, retard de développement, déficience intellectuelle.

Autant de mots qui me permettaient raisonnablement d’angoisser à l’idée de modifier son quotidien, d’autant qu’elle m’a souvent donné des raisons de ne pas la bousculer.

Mais Rayond’soleil est une petite fille étonnante et épatante, et elle n’a de cesse de me surprendre. Je crois d’ailleurs que c’est son but dans la vie, voyez.

Au cours du dernier mois, j’ai évoqué à plusieurs reprises des chamboulements dans ma vie, et donc dans la sienne.

Je ne vais pas m’étendre dessus, mais à part l’école, tout a changé pour elle.

Et j’ai eu peur, une peur incroyable que cela entrave les progrès, déjà stagnants depuis quelques mois de ma précieuse petite perle rare.

Il faut avouer que la maîtresse m’avait déjà alertée sur une petite baisse de régime. Elle a toujours avancé par paliers, avec des périodes de recul.

Alors que je m’apprêtais à prendre de multiples décisions l’impactant, j’ai eu quelques crampes au ventre, je dois bien l’avouer. Ne lisant pas l’avenir dans le marc de café, je ne pouvais envisager comment les choses tourneraient, d’un point de vue déjà logistique, mais aussi émotionnel, pour elle comme pour moi.

Difficile pour l’être humain d’amorcer le changement. Je me suis transformée au cours du dernier mois, comme un reboot, comme une mise à jour en profondeur, et j’ai entraîné les enfants avec moi, je n’en avais pas le choix.

Evidemment, j’ai souhaité la mutation, les mutations, mais elles n’en ont pas été moins culpabilisantes par moment.

Rayond’soleil… Solaire, puissante. Du haut de ses 10 ans elle a retourné tout le monde. A l’unanimité, le bouleversement de sa vie lui a été bénéfique.

Brusquement, elle a saisi sa chance elle aussi. Elle exprime ses émotions, évidemment. Mais elle a décidé de profiter du courant pour surfer sur la vague. Elle a tellement grandi et progressé qu’elle en est bluffante.

Elle n’a presque plus besoin d’aide dans les gestes du quotidien. Elle prend beaucoup plus de temps que lorsqu’il fallait l’aider, mais le fait de redescendre la pression sur les horaires que je pouvais lui imposer lui a été extrêmement bénéfique. Perdre 5 minutes tous les jours lui fera sûrement gagner bien plus que je ne l’aurai imaginé, et personne n’est mort pour l’instant pour les matins où nous nous sommes retrouvés @larrache.com !

Lâcher prise est une clef importante pour que je puisse l’aider à se développer et à voler de ses propres ailes. Et c’est aujourd’hui une possibilité nouvelle qui s’offre à nous.

L’autonomie est le nerf de la guerre, mais la gestion des émotions a toujours pris beaucoup de place. J’avais une fillette qui faisait de grosses colères, déchargeant l’angoisse, notamment à l’heure redoutable et redoutée d’aller au lit. J’ai aujourd’hui une presque pré-ado qui sait me dire qu’elle a un chagrin, qu’elle est pas bien, avec parfois des trémolos dans la voix, mais qui ne part presque plus jamais en crise.

A l’école, tout le monde s’accorde sur de réelles avancées au cours du mois écoulé. J’avais demandé à ce qu’elle soit vue par la psychologue, et cette dernière m’a confirmé ce que je ressentais profondément : elle va étonnamment bien. Elle n’encaisse absolument pas, elle en prend son parti et se saisit de tout le positif. Rayond’soleil est donc en mode Hakuna matata : aucun souci, philosophie. Ok, d’accord, qu’il en soit ainsi.

Evidemment, je la veille, je reste en hyper vigilance, comment cela pourrait-il en être autrement ? Je suis une mère, une maman louve en plus, et je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour mes petits, surtout ceux que j’ai si longtemps considérés comme « fragiles »…

Alors, depuis un mois, pas une photo de portage récente, parce que je ne souhaite pas encourager ça chez elle. Elle est grande, elle le dit si souvent…Je ne veux pas qu’elle se croit petite. J’ai profité du courant moi aussi pour surfer sur la nouveauté et la laisser s’envoler….

En conclusion, osez, osez en restant alertes mais osez. Ne vous privez pas de vie parce que la crainte vous dirige, libérez vous de vos chaînes et choisissez d’avancer, parce que le chemin est beau même quand il est ardu, parce que vos enfants sauront vous montrer si c’est supportables pour eux, et que vous pourriez être surpris par le bonheur….

bébé

10 ans entre cette photo et aujourd’hui. 10 ans d’évolution, de chagrins et surtout de joies simples ! Elle est loin cette bébé là !

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s