0

#Portrait du jour…52

Il s’appelle C et il est fragile.

Dans ses yeux, ce que je lis ce sont les restes de l’enfance qui refusent de partir. Mais pas une enfance joyeuse, heureuse, non, il a les yeux tristes d’un petit garçon délaissé, usé, d’un vieux petit garçon en fait.

Il multiplie les couacs pour se rendre détestable, à l’instar d’un sale gosse capricieux. Il joue avec son employeur, avec les recruteurs, avec moi aussi. Il défie, sans cesse, le menton belliqueux et la mèche rebelle.

Que défie-t-il au fond ? L’autorité ? Je n’en ai pas. Je ne suis pas là pour ça. Et pourtant, quand il se plante exprès, j’enrage. J’ai bien dit  qu’il n’y a qu’en se plantant qu’on pousse en atelier la dernière fois, là il pousse le bouchon un peu trop loin, et il ne s’appelle pas Maurice.

Entre mise au point et froncement de sourcils, je devine une faille que je ne trouve pas. Des semaines de brassement d’air, un vrai ventilateur.

Et je m’en veux de lui en vouloir, après tout, il est maître de sa vie, et je ne peux que tenter de lui donner des clefs. Libre à lui de les utiliser ou non. Je ne peux m’attribuer ses difficultés, au même titre que je ne pourrai pas non plus m’attribuer ses succès.

Il est parfois bien difficile de rester bienveillante. Je sens que c’est ma propre frustration qui s’exprime, ma propre impuissance. Il me faut beaucoup d’énergie pour réussir à me repositionner.

C n’est pas, n’est plus un enfant. Mais il est toujours à vif, et si je souhaite l’accompagner, je dois l’aider à panser ses plaies. Difficile mission face à un gosse boudeur, j’ai parfois l’impression de retrouver le mutisme de mon adolescent…

Et comme avec un ado, la patience est de mise. C va se confier, lâchant ici et là des petites bombes. Ce que je prends pour des provocations sont des aveux déguisés et je prends la mesure de la souffrance qu’il ressent.

Difficile de la recevoir vraiment malgré tout, il en rajoute tellement dans ses propos qu’il n’est pas simple de trier la blague de la vérité. Je vais vite apprendre qu’il se cache derrière l’humour, et que tout est tristement vrai, douloureusement vrai, tellement douloureusement qu’il n’évoque le passé qu’en le tournant en dérision et de préférence en groupe.

Handicap physique, handicap sensoriel, handicap mental, handicap psychique, handicap social et maintenant handicap enfantin.

Il n’y a pas de mot pour décrire. Il n’y a pas de mot pour écrire. Il n’y pas toujours de justice, pas toujours d’amour, pas toujours de considération pour les sentiments de l’enfance, pas toujours de respect, pas toujours de soin, pas toujours d’adéquation.

Comment se relever, comment se construire, comment imaginer sa vie d’adulte alors que l’enfant n’a pas pu pousser sereinement ? Comment avancer quand tout n’est qu’obstacle ?

C se nourrit de ses rêves d’adolescent parce qu’il n’arrive pas à faire le deuil d’une enfance joyeuse, il n’arrive pas à se dire que c’est ça, la vie. Il se raccroche à ce qu’il peut pour ne pas affronter le noir de la nuit, il s’attache à ne pas grandir tout à fait pour revivre ce qu’il a manqué, il s’englue dans l’impossible pour ne pas sombrer, pour ne pas affronter…

Quel est mon rôle sinon de le comprendre et de recevoir ce qu’il accepte de donner ? L’aider à grandir ? Cela dépasse mes fonctions… Je l’aiguille, je réoriente. Et en attendant, je vais continuer à faire de mon mieux, même si ce n’est pas son mieux à lui…

 

 

 

0

#portrait du jour…51

Hello la blogosphère !

Aujourd’hui je voulais vous parler de D, que j’ai rencontrée il y a 2 ans.

D n’a pas tout à fait 25 ans. Je me demande ce qu’elle fait en chantier d’insertion, quand j’apprends qu’elle a un enfant, qu’elle élève seule. Soit. Ceci explique cela.

D ne regarde jamais personne dans les yeux, elle paraît fragile, et se cache derrière un éternel sourire, démenti par ses yeux tristes.

Il y a autre chose dans le regard de D que je ne parviens pas à définir immédiatement.

Au fur et à mesure des entretiens, et des temps informels que j’affectionne particulièrement, elle se livre, avec un détachement feint.

Elle est chargée de famille. Elle porte tout à bout de bras, D.

Son père a fait un AVC. Elle aide sa mère dans les soins quotidiens, assure une présence réconfortante pour eux, les accompagne en centre de rééducation, aux rendez-vous avec les médecins.

Elle a contracté un petit crédit auprès d’un oncle pour acheter une voiture, mais elle a un peu peur d’aller en ville. Elle passe par dessus. Pour eux, et pour ses ex beaux-parents aussi. Elle fait le taxi, aide au ménage des uns et des autres, fait leurs courses, dépanne même financièrement quand cela est nécessaire.

Avec son petit, elle essaie d’être à la hauteur. Elle a des hauts idéaux, et se colle beaucoup de pression. Il lui faut tout faire. Activités manuelles, balades, sorties. Elle voudrait pallier à l’absence du père. Elle voudrait être une mère parfaite, à défaut de lui avoir offert le bon pilier.

Le père de son fils fait de très réguliers allers retours en prison. C’est pour cela qu’elle est seule avec l’enfant. Elle a fait son maximum pour supporter : les petits délits, les addictions, la violence au quotidien et a fini par céder et rompre. Elle s’en veut. Un peu. Il l’ennuie. Beaucoup.

Il ne peut pas voir son fils seul, et le droit de visite a été donné chez les grands-parents. Il enrage. Autant d’avoir été quitté que de devoir s’occuper du petit.

Et il lui fait la misère. Il la suit dans les rues du village si elle se promène, de jour comme de nuit, laisse des messages malveillants sur son répondeur, frappe à sa porte sous  l’emprise de l’alcool à n’importe quelle heure, la menace parfois même physiquement. Drôle de stratégie pour la récupérer.

Nous sommes aujourd’hui le 6/07/2019. Nous n’avons qu’à peine dépassé la moitié de l’année et pourtant 74 femmes sont décédées, assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint. 74 Leïla, Aïssatou, Isabelle, Monica ou Alexia. Dans un silence relativement total, les féminicides ont augmenté. Dans une société encore très patriarcale, on tue sous prétexte de crime passionnel. Notons que quand c’est une femme qui tue, même si elle a été humiliée, harcelée et rouée de coups, on parle d’homicide et on la condamne à la prison à vie. Nous sommes en 2019, et, régulièrement, quand une femme quitte un homme elle tremble. Près de 50 % des passages à l’acte se font suite à une rupture… Edifiant.

Il est temps. Temps de protéger les D, les Gurçin, les Nathalie… C’est la responsabilité de chacun. Non, une femme ne doit rien, à personne. Oui, si vous savez et que vous ne dites rien, vous êtes complices ! Non, elles ne restent pas parce qu’elles sont stupides mais parce qu’elles ont peur. D a eu la force de partir pour protéger son petit avant de penser à elle, mais n’arrivait pas à porter plainte. Elle a fini par alerter mais les réactions sont encore bien mesurées.

Il est temps que les choses changent et que les mentalités évoluent.

0

#portrait du jour…48

K est déjà un presque jeune homme.

Il est fort, il est jeune, il est beau mais il ne sent pas le sable chaud…

Du haut de son adolescence, il est une leçon à lui tout seul. Doux et gentil, il a su traverser quelques épreuves de vie déjà bien difficiles.

Il a connu la violence, sous des formes diverses, et l’a renversée sans jamais y répondre par une nouvelle violence. Il a su s’affirmer, se positionner malgré son très jeune âge. Il a du dénoncer, raconter, le regard décidé de celui qui a vécu des choses, et qui ne les inventent pas. Avec sa voix claire de petit garçon, ses mains potelées juste sorties de la toute petite enfance, il a grandi d’un seul coup, comme ça, sans prévenir.

Il a connu des joies intenses comme tous les enfants, comme seuls les enfants d’ailleurs savent les vivre et les apprécier. Il a ri à gorge déployée, il a salué des progrès, il a tapé dans ses mains et il est tombé de vélo. Il s’est écorché les genoux et les coudes, il est remonté autant de fois qu’il avait pu choir, il a fait des plongeons même si ça chatouille le ventre, il a appris 1000 sports.

Il a connu le bonheur d’être l’aîné, et la déception de ne pas pouvoir jouer au ballon de suite avec ce bébé tout neuf, ni même avec celui d’après.

Il a connu la différence et l’art de vivre avec, de s’y faire ou de ne pas s’y faire. Il l’a toujours connue, ou presque, et il l’a toujours intégrée comme classique.

K a une petite sœur handicapée, et c’est sa force. Il était un fraternant dans l’âme. L’envie de couver, l’envie de câliner, le besoin d’aimer et de protéger. Il a su trouver son équilibre auprès de cette petite fille fragile, et chétive. Il a grandi avec à l’esprit qu’on peut être famille à part et heureuse quand même.

K grandit, et il s’investit de son mieux auprès des autres.

Avec sa sœur, il reste un grand frère farceur et facétieux, mais il sait aussi l’aider et la tirer vers le haut, avec un naturel désarmant, avec le cœur sur la main.

Avec son frère, il est celui qui montre le chemin, la voie à suivre, sans jamais trop s’éloigner de la justesse, et de la justice. Il joue, ronchonne, chamaille, mais est un réel aimant…

Avec les autres, tous les autres, il est gentil. Vraiment. Solidaire, empathique, et investi. Il aide les copains d’école et encourage ceux du sport, avec sincérité.

Il est engagé dans une association et même si c’est celle de sa mère, je trouve que c’est une belle preuve que l’humanité peut se décider tout petit…Il fait ce qu’il peut avec sa timidité naturelle et son envie de faire quelque chose. Il a appris des compétences pour pouvoir être utile, il se donne, il donne de son temps, il ne rechigne presque jamais.

Il grandit cet enfant, et il devient un jeune homme. Il devient plus grand que sa mère, tant physiquement qu’émotionnellement et c’est tellement beau que je ne pouvais pas le garder pour moi.

Bien évidemment, il râle parfois, fait l’intéressant, souvent, mais il est spontané, terriblement humain et il est de très bonne volonté. C’est déjà quelqu’un de bien, et il est encore si petit…

Bien évidemment, vous avez reconnu mon Calme de Lune, posé, lumineux, qui prend les photos, porte les sacs, m’accompagne partout malgré l’adolescence. Vous aurez reconnu ce grand garçon qui me suit sur chaque formation, chaque atelier, chaque rencontre. Qui fait de son mieux pour être à la hauteur de ses propres défis.

Ce jeune homme que j’aime de tout mon cœur et admire de toutes mes forces….

0

#portrait du jour…47

C est une amie. La quarantaine facile.

Belle, la mèche rebelle, elle a une classe folle dont elle a une totale conscience.

Et pourtant, malgré cela, qu’est-ce-qu’elle peut douter ! C’est un truc de dingue.

La vie n’a pas toujours été douce et paisible pour autant. Elle a traversé des difficultés terribles, de celles qui entament la féminité, la maternité.

Elle n’en parle que peu, forcément, ce n’est pas le sujet qu’on aborde facilement entre le fromage et le dessert.

J’ai mon imagination qui fonctionne pour combler le manque d’information… Je sais malgré tout que le ventre est longtemps resté vide. Vide. Désespérément.

Je la rencontre néanmoins après la naissance de son premier enfant. Et nous nous rapprochons au fil des années.

Son fils a l’âge de mon aîné, il est doux et gracile. C’est un gentil petit gars.

L’envie du second se fait forcément sentir et là, le couperet tombe, acéré, violent et dévastateur : impossible de tenter une autre FIV, son corps a visiblement renoncé.

Le sel des larmes, la colère de l’incompréhension, puis la résignation.

Et un jour, la Nature redevient cette farceuse que chacun peut connaître et rencontrer un jour. Quand elle a eu enfin tirer un trait sur ce petit bébé tant désiré, il a pointé le bout de nez le plus naturellement du monde. Comme une fleur, comme une adorable surprise.

Et pourtant, elle a douté. Elle en avait fait le deuil et il est là, dans son ventre. Un peu comme Alien, un peu comme un invité imprévu qui mange trop de gâteaux à l’anniversaire de tonton Maurice.

Et malgré ses peurs et ses doutes, elle a décidé avec son amoureux d’accueillir ce bébé tant désiré dont elle avait fait le deuil et qui s’est pointé déjouant les pronostics.

Et puis il est né. Soulevant avec lui la poussière balayée sous le tapis. Réveillant les angoisses, latentes et pourtant bien présentes. Je me souviens du calvaire de l’allaitement. Et de ses larmes. Je me souviens avoir su intimement ce qui se jouait.

Elle a réparé l’échec avec le portage, comme un animal, comme un lémurien. Elle l’a porté tout contre son cœur, puis sur son dos, comme un koala.

Elle a continué de se faire du souci, pour un oui, pour un non. Le développement, l’alimentation, les mots, les gestes… Tout lui fait souci. Tout le temps…

Les frangins ont grandi, la maman aussi, du mieux qu’elle peut.

A-t-elle gardé en elle les séquelles de ses difficultés à déposer ces deux jolis jeunes hommes au creux de sa maison ou est-elle profondément comme ça ? Je ne le sais pas.

Ce que je sais, c’est qu’elle a le swag, et que ça pourrait être tellement énervant mais que cette façon qu’elle a de n’être jamais assurée la rend tellement touchante, douce, humaine.

C moi je te dirai de toujours douter pour eux, mais de ne plus douter de la maman que tu es. Tu y arrives formidablement bien parce que justement tu n’es jamais convaincue d’être dans le vrai à 100%, parce que tu veux le mieux pour eux, parce que tu te remets en question, et l’éducation que tu as reçue avec ! Tu le sais soeurette, je t’aime gros comme ça, et surement que si tu avais été sûre de toi je ne t’aurai même pas regardée !

 

0

#portrait du jour…46

B est une collègue. Elle a investi toute sa vie au service des autres.

B est aux portes de la retraite. Elle se retourne sur la vie professionnelle avec la sagesse de celle qui quitte bientôt le navire et peut se permettre d’analyser.

Le métier a beaucoup évolué, et même si elle fait de gros efforts pour s’adapter, elle s’est vue dépasser par l’évolution technologique. Elle galère à  tout passer par informatique, mais elle s’y plie, d’autant qu’il faut aussi qu’elle y encourage ses publics !

B est toujours en retard, ou overbookée. B est toujours investie. On pourrait se dire qu’elle lève le pied, qu’elle y va à la cool en attendant la quille, mais elle continue de toujours mouiller le maillot, de passer des dizaines d’heures au bureau pour accompagner au mieux ses petits protégés, un peu comme la taulière de l’équipe le ferait.

Elle aimerait bien transmettre le flambeau. Elle a acquis un réseau terrible dans la profession. Elle est connue partout et de tout le monde. Parce qu’elle a parfois l’air un peu perdue, c’est sa marque de fabrique et c’est drôle, dans le sens attachant du terme, mais surtout parce qu’elle est hyper compétente.

Admirable. Mais n’allez pas le lui dire. Elle ne veut pas qu’on l’admire, ni qu’on la remercie. Elle a une expérience des publics que personne d’autre ne peut avoir. Elle a connu les débuts, l’ancienne équipe et les nouveaux qui arrivent…

J’écoute parfois d’une oreille amusée ses entretiens. Je l’entends râler, pester, hausser le ton, manier le compliment, s’extasier, donner un petit conseil ou encore applaudir presque littéralement.

B c’est la référente des publics étrangers. Elle est celle qui connait tous les tuyaux. Elle est celle qui maîtrise le mieux les formations à la langue. Elle sait comment faire et avec qui.

Et elle les accompagne avec le coeur.

Elle m’a touchée, profondément. Elle dit qu’elle doute et moi je lui réponds que seuls ceux qui doutent font avancer le monde. Seuls ceux qui savent se remettre en question peuvent modifier leur schéma de pensée, cheminer et avancer pour faire changer les mentalités. Elle se démène pour la cause.

Malgré la fatigue, les années qui se sont accumulées, elle est passionnée par son métier, par les gens, par leurs histoires, leur vécu, par les causes perdues et les pas encore tout à fait. Parfois, certains vous diront qu’elle est pénible quand elle a une idée dans la tête ou une personne à défendre mais moi je vous dirai plutôt qu’elle est entière. Que si elle a conclu un pacte tacite avec quelqu’un elle fera tout pour l’aider à atteindre son objectif.

B elle est touchante dans sa manière d’exercer son métier. Elle est certainement torturée, évidemment. Elle a une histoire de vie particulière, difficile, on n’arrive pas souvent dans le social par hasard…Mais elle a aussi et surtout une force et une conviction incroyables ! Elle ne lâche jamais l’affaire, ne baisse pas les bras, ne perd pas longtemps son sourire.

Alors, voilà, c’est bientôt le départ pour elle, et je lui souhaite de reprendre la peinture, de s’éclater en couleur, de voir grandir de futurs petits enfants, de boire des mojitos sur la plage en décembre, de sentir le parfum de la pluie autrement qu’en courant d’un rendez-vous à l’autre, de jardiner, de s’ennuyer un peu, de rire beaucoup, de ne pas oublier tout ce qu’elle a accompli, de continuer encore un peu à semer des graines et allumer des bougies…

Merci pour tout ce que tu fais sans t’en rendre compte, et pour tout ce que tu es…

0

#portrait du jour…45

C est une amie de longue date. Nous avons travaillé ensemble il y a de longues années dans un fast food dirigé par un clown.

Elle était ma manager, et on s’est vite lié d’amitié. Même tempérament énergique, même envie de croquer la vie, nous avons adoré travailler ensemble.

Travailler et faire la fête. J’ai vu naître sa fille, aujourd’hui adolescente, son fils, et elle a vu naître mes 3 enfants. 5 visites à la maternité, 5 « il est magnifique !!! », 5 doudous et aussi 5 pyjamas, 5 fois l’occasion de gâter ces petits bouts de nous.

J’ai vécu ses drames, et elle a accompagné les miens. Elle m’a vue éclore, grandir, aux côtés de Rayond’soleil…

Elle a quitté la restauration rapide pour réaliser son rêve : racheter le bar et l’appartement dans lesquels elle avait passer son enfance avec ses parents. Elle a sorti toutes ses réserves, elle s’est démenée et elle y est arrivée. Elle est cheffe d’entreprise, elle tient la boutique, avec son sourire, ses beaux yeux vairons et son franc parler inégalé.

Son ancien job l’avait mangée, anéantie, étiolée. C’est le burn out qui l’a décidée tout à fait. Quand le corps refuse d’aller au travail, c’est qu’il est temps de prendre son destin en main.

Evidemment les conditions ne sont pas faciles. Elle trime. Elle fait des dizaines d’heures, sert parfois peu de monde, avec les frustrations que cela engendre, elle ne prend pas de vacances et peu de weekend. L’argent, le nerf de la guerre, n’est forcément plus aussi régulier qu’avant.

Pourtant, elle ne se plaint pas. Elle aime sa vie, son indépendance, elle aime être la seule à décider, elle aime ce qu’elle a construit.

Depuis quelques années, elle se heurte aux regards des autres. Le fils de C rencontre des difficultés à l’école. Il est un peu têtu, et ne rentre pas dans le moule. Elle fait tout ce qu’il faut pour l’aider, pour apaiser son attitude, pour parfaire à ce que l’école n’entend pas lui laisser passer.

Il est suivi. Régulièrement. Et par plusieurs professionnels qui l’aident à ne pas creuser ses lacunes. Il fait des efforts surhumains.

Et pourtant, il reste aux yeux de tous comme le fils de la nana qui tient le bar. Le truc bien lourd de sous entendus. Il est forcément livré à lui-même, forcément mal élevé, elle a peu de temps pour lui, elle ne fait pas d’effort. Inhumain ?  Oui, complètement.

Parce qu’on peut avoir son entreprise et élever correctement ses petits. On ne devrait pas juger si rapidement. Qui est-on ? Il faut se rappeler qu’on est tout petit. Tous.

Le fils de C est régulièrement montré du doigt par les maîtresses, qui au lieu de le considérer comme un enfant en difficultés, le considère comme un môme difficile. Facile, bien plus que de se mettre à sa hauteur.

J’ai la rage au ventre à chaque fois qu’elle m’en parle. On dirait du harcèlement scolaire, mais fait par les adultes, pour changer un peu.

Elle ferme le mercredi après-midi, un peu plus tôt, pour accompagner le petit aux séances d’orthophonie. Elle court, à droite à gauche. Quand se repose-t-elle ? Jamais vraiment.

Le bar, la maison, les enfants…peu de temps pour les loisirs. Elle l’a choisi, il est vrai. Mais parfois, je sens bien que ça lui fait beaucoup. La vie nous éloigne souvent de ceux qu’on aime, et moi j’aime à me retrouver avec C, quand on ferme le rideau, qu’on boit des cappucinos géants en refaisant le monde, en se rappelant la fois où les éboueurs nous avaient fait prendre conscience de l’heure très très tardive, ou juste en l’écoutant me raconter comme ça peut être dur parfois d’être une maman, quand on se reflète dans les yeux pas très compatissants des gens…

0

#portrait du jour 44

S partage ma vie depuis près de 10 ans.

Elle a connu mes 3 enfants, et je pense qu’elle a aimé et aime encore chacun d’entre eux.

Elle n’est pas sur les réseaux sociaux, elle a eu une vie loin d’ici avant, avant nous. Elle est animatrice au périscolaire.

C’est elle qui accueille les chères têtes blondes, brunes et rousses le matin, qui gère le repas de midi et qui récupèrent ces mêmes petits mômes version épuisée et donc surexcitée le soir, pour les accompagner jusqu’à l’heure des parents.

Elle parle fort, avec son accent pas auvergnat. Elle les remue parfois, elle secoue les parents avec son franc parler.

Elle est là, irremplaçable S tous les matins ou presque et tous les soirs ou presque.

Elle pose des pansements sur les petits bobos, aide les plus jeunes à s’habiller, prépare le goûter en leur laissant un maximum d’autonomie, rassure les uns, câline les autres, et pour finir, elle est un appui sans faille au moment si délicat des devoirs.

S elle est un pilier pour les petits, une amie pour les plus grands.

Mon grand m’a dit qu’elle avait été assistante sociale, quand elle n’habitait pas encore en Auvergne et franchement, quand je la regarde toute en délicatesse mesurée, je me dis que c’est sûrement vrai.

Elle a une réserve incroyablement empreinte d’amour avec les enfants. Elle n’a jamais relever le handicap de Rayond’soleil sinon au moment de se battre pour qu’elle puisse être accueillie.

Elle fait des heures supplémentaires pour les parents retardataires, sans jamais râler, ou faire peser une quelconque culpabilité sur eux. Le matin, elle est toujours de bonne humeur, a toujours un mot gentil pour nous, les lève-tôt, ne nous regarde jamais comme les monstres qui abandonnent leur progéniture à une heure indue, ne nous avoue jamais si ladite progéniture lui a fait vivre un enfer, même quand eux avouent sans scrupule. Elle se contente de hausser les épaules en souriant, et ses yeux disent « tout est pardonné ».

S est une fée du quotidien, une héroïne sans cape, mais avec des feutres, une gentille chef de camp aux milles idées pour dégourdir nos petits, et aux milles autres pour les occuper. Elle joue au ballon en été et invente des milliers d’activités manuelles, celles là même qui m’horripilent, parce que c’est toujours moins beau que sur le modèle, que tu mets 10 fois plus de temps que prévu, que ton môme te regarde avec espoir et toi, au fond de toi tu sais que tu vas pas assurer… S assure. Même quand c’est moche à la fin, et même quand elle doit y passer tous les soirs (la soirée découpage, la soirée collage, la soirée peinture, la soirée finitions…) elle garde le smile.

Les mômes l’adorent, c’est un juste retour. On ne récolte que ce que l’on sème. Elle sème des graines de joie, elle récolte du bonheur.

A l’heure où certains travaillent pour payer leurs factures, S bosse avec son coeur. Avec son âme.

Je lui ai toujours remis chacun de mes enfants avec une confiance absolue. Absolue. Et je n’ai jamais eu à angoisser au moment de les récupérer. Je sais qu’elle joue son rôle à merveille et il me paraît juste de venir saluer tout ce qu’elle met en oeuvre pour que nos enfants se sentent bien et que beaucoup prennent malheureusement pour acquis. Non, elles ne sont pas toutes aussi bien que S, oui F est super elle aussi, et tout aussi investie, non ce n’est pas un dû, oui, réalisez votre chance.

Le monde obscur du handicap m’a appris une chose, c’est reconnaître les belles personnes quand j’en croise. Et S comme F sont de belles personnes.

Merci. Pour Calme de lune, Avalanche et un tout petit peu plus pour Rayond’soleil. Merci pour les carrés de chocolat, les câlins, les pansements, les yeux froncés même s’ils rigolent, les encouragements et tellement tout le reste…