0

Femme de 2030

Je suis une femme de 2019.

Je veux rire et pleurer,

Je veux vibrer pour le sport qui me plait,

Je veux pouvoir le pratiquer.

Je suis une femme de 2019…

Je veux tomber et retomber amoureuse tous les jours si ça me plait,

Je veux aimer mille fois, vivre mille vies,

Je veux sentir sa main dans la mienne,

Pouvoir choisir si c’est une main d’homme ou de femme.

Je suis une femme de 2019,

Je veux aider mon prochain sans que vous ne me trouviez faible,

Je veux montrer au monde qu’on peut être différent et heureux,

Je veux crier les différences, toutes, elles sont belles, elles sont douces !

Je suis une femme de 2019,

Je veux élever ma tribu dans la bienveillance et la gentillesse,

Je veux leur donner le goût des autres, le goût de l’Autre,

Je veux leur montrer qu’on tend 100 fois la main, sans rien attendre en retour.

Je suis une femme de 2019,

Je veux être libre de rire à gorge déployée, de manger avec les doigts,

Je veux pouvoir embrasser  à pleine bouche, serrer très fort les gens sur mon cœur,

Je veux pleurer à chaudes larmes et trembler de peur dans le noir.

Je suis une femme de 2019,

Je veux vivre la non-violence au quotidien, je veux croire en tout ce qu’il me plait,

Je veux collectionner les pierres, et être entourée de chaleur et d’amis,

Je veux boire des mojitos en été, et manger des raclettes en hiver,

Je veux être fière de mon corps, et ne pas avoir honte de mon esprit.

Je suis une femme de 2019,

Je veux m’habiller comme il me plait sans suivre les diktats de la mode,

Je veux marcher dans la rue sans craindre pour mon intégrité,

Je veux courir dans la neige, et avoir de l’audace, beaucoup d’audace,

Je veux avoir mes émotions à fleur de peau, n’avoir aucune barrière.

Je suis une femme de 2019,

Je veux être révoltée, rebelle, tendre et entière,

Je veux vivre à 100 à l’heure, être une mère,

Je veux aussi être une femme, une amie, une amante, une fêtarde.

Je suis une femme de 2019, et les changements actuels me font peur.

On glisse, c’est imperceptible et je me demande quel sera ton avenir.

Tu sera une femme de 2030 ma fille, et toi, que voudras-tu  ?

Je te souhaite de vouloir tout ce qui te passera par ta jolie tête de rêveuse.

Je te souhaite surtout l’immense bonheur de pouvoir être aussi libre que nous le sommes.

Je me sens parfois prisonnière, entravée, mais quand je vois ce qui se passe autour,

Je me dis juste que nous sommes en train de nous prendre un gros recul.

Et comme à chaque recul, nous les femmes seront en première ligne !

Alors à toi la femme de 2030 qui habite chez moi, je te fais une promesse :

Je vais me bagarrer, quitte à me transformer en Rocky et aller apprendre à boxer, pour que tu jouisses de ces libertés qui ont été si chèrement acquises !

Tu le mérites bien…

Lneige2019 (Copier)

 

Publicités
0

Porter les liens…

Handicap physique, handicap psychique, maladie, idéal dévasté, annonce…

Ca fait beaucoup pour un papa, pour une maman, pour un couple qui reçoit et accueille la nouvelle de la vie qui les attend.

Qu’est ce qui nous prépare à ce basculement, à cette bifurcation de nos vies ?

Etre parent est un défi, un bouleversement. Alors quand l’enfant qui arrive change votre vision du monde, encore plus qu’un autre enfant, quand il arrive trop tôt, dans votre vie, ou dans la sienne (prématurité), quand la précarité s’en mêle, c’est encore plus difficile.

Etre parent nécessite de grandes capacités d’adaptation, et un sens aigu des priorités.

Alors comment tisser un lien avec l’enfant qu’on n’a pas attendu ou auquel on ne s’attendait pas forcément ?

Chez les Petits Bonheurs, nous sommes convaincus que le portage peut vous aider.

Difficile de parler de handicap social, ou de handicap relationnel. Le mot est moche, il fait peur, il semble implacable et inexorable, éternel. Et pourtant, c’est le cas.

Il faut construire ou reconstruire.

Quand on a passé des mois à courir les cabinets de rééducation, à ne pas pouvoir ramener son bébé à la maison, à dormir en foyer mère enfant, sans savoir de quoi sera fait le lendemain, les liens se distendent parfois, et un coup de pouce bienveillant est le bienvenu.

Porter pour se rapprocher physiquement d’abord, le corps à corps d’abord, pour rouvrir les vannes de l’amour, pour la tendresse, et pour le bonheur.

Porter pour un cœur à cœur, tous sentiments dehors, les larmes de sa crise de rage à peine séchées, qui tracent des sillons sur ses joues aussi.

Porter contre soi quand il ne nous reste plus que ça pour tenir debout.

Porter quand la vie est une épreuve, et quand on la traverse comme des champions, malgré les embûches.

Le portage oblige à la proximité. Réparer le lien après une dure journée, créer le lien aussi parfois quand l’annonce a été trop brutale, trop impossible à entendre, à comprendre, à accepter…Accepter de tenir l’autre contre soi, c’est commencer à l’apprivoiser.

C’est dur n’est-ce-pas de se dire que parfois le lien parent-enfant est à créer ou à réinventer.

Et pourtant, il faut réussir à décomplexer ces parents désemparés par ce que la vie leur a donné (ou ce qu’ils pensent qu’elle leur a pris !). Oui, c’est difficile d’élever un enfant et à fortiori quand il est différent, ou quand vous même l’êtes puisqu’il y a aussi la pression du regard des autres.

Bien sûr que c’est un long chemin que la parentalité, surtout si vous même ‘avez pas connu les bras aimants, et une relation douce quand vous étiez petit. Le cercle peut être rompu. Vous pouvez décider d’en sortir, et nos mains seront tendues pour vous aider à vous aussi.

Lors de la première session de formation de Portage et Handicap, nous nous sommes  énormément questionnées sur le fait d’ouvrir nos portes aux couple parents enfants qui peinent à créer du lien, et des mots à mettre dessus. Nous avons décidé de rester discrets, as usual, et de ne pas mettre un mot tiroir sur ces difficultés qui sont multiples.

Ceci étant dit, si vous ressentez le besoin de nous contacter, soyez assurés que vous serez reçus avec empathie. Si vous êtes éducateurs, assistant social,… et que vous percevez un besoin, sentez vous libres de nous appeler pour venir en renfort. Même si le seul handicap c’est celui qui fait que vous ne vous sentez pas entier…Peu importe le mot, ne restez pas seul face à cette incompréhension !received_15334993301105611453347724.jpeg